Maurice Chevalier, le coeur qui chante

Sa couronne était un canotier, son sceptre le pied d’un micro. Roi du music-hall, Maurice Chevalier, dont le sourire faisait de l’ombre aux projecteurs et qui chantait avec le coeur, nous a quitté en 1972.

La vie de Maurice Chevalier est passionnante à plus d’un titre.

En premier lieu, parce qu’elle est liée à celle de la France durant presque un siècle. Qui ne se souvient de ses succès, parmi lesquels on retiendra « Ça fait d’excellents Français » et « Ça sent si bon la France » ?

Rappelons s’il en est besoin que l’inoubliable créateur de « Prosper » et de « Ma Pomme » fut et reste de nos jours, dans le monde et près de 35 ans après sa mort, le symbole du parigot gouailleur.

Dans le monde entier et aux États-Unis sans doute plus qu’ailleurs. Il ressort de ce programme que Chevalier avait le sourire aux lèvres et le coeur sur la main. Un coeur d’éternel poulbot qui, bien que ponctuant au quotidien l’optimisme du désespoir, n’en était pas moins celui d’un exceptionnel marchand de bonheur.

Bien au-delà de la scène, la vedette avait il est vrai du bonheur à revendre plein son canotier.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.